-Mais où vas-tu ? lui dit-il

-Je ne sais pas trop, mais ils m’ont parlé d'une langue de terre très exiguë qui abrite un pôle

-Ah, tu vas rejoindre un pôle ?!

-C'est plutôt cette terre étroite qui m'attire, même si j'emmène ma boussole, curieux de voir le comportement de l'aiguille là-bas.

-C'est celle que je t'avais offerte le jour de la fête de l'âne

-Non, celle ci, j'avais regardé un matin si elle flottait...

-Elle a coulé?

-Elle est par trois mètres de fond dans l'étang du Gros, depuis le temps son mécanisme doit être grippé.

-Cela m'attriste, t'en as racheté une autre?

-Le lendemain même!

-Une, en laiton, avec le blocage de l'aiguille?

-La même, au même endroit.

-Alors montre la, que je la charge de ce que j'ai à te transmettre...

-Toujours tes bêtises de fluide vital et autres sortilèges. Fais vite, je veux au moins m'avancer jusqu'aux coteaux d'Eyrau aujourd'hui !

...

-Voilà, elle est prête à soulager ta route, du fond de l'étang j'ai transféré la force de l'autre.

-Je n'ai pas besoin d'être soulagé, c'est mon choix qui me soulage !

-Tu me ramèneras de la terre verte si t'en trouves ?

-Oui

-Tu te rappelleras que la boussole ne flotte pas?

-Oui, oui... lança-t-il sans se retourner et en allongeant le pas.

 

 

 

...de petites utopies qui  entreprennent

le réel...

                L’univers de Xavier Lafaysse par Charles Vincent

 

    L’univers de Xavier Lafaysse suscite à la fois émerveillement innocent et conscience aigüe des choses. Dans son laboratoire-atelier d’artiste, il donne vie à des machines à rêver, désordres mécaniques qui révèlent la théorie du chaos. Entre Sémaphores et Vanités, boules de cristal, clepsydre à perles et boîte aux nuages, il explore notre infiniment petit, usant de flatteries, d’illusions, de chausse-trapes et de trompe-l’œil. Avec une infinie poésie.

   Quelque part dans la banlieue de Bordeaux, derrière une façade 1900 décrépite où l’on distingue encore une vague enseigne "Alimentation générale", vit un personnage comme on aimerait en croiser plus souvent. Un improbable poète, mi-inventeur de génie, mi-artiste maudit, spécimen d’humanité talentueuse et généreuse en diable. Une espèce en voie de disparition et c’est tragique.

   Né en Périgord noir, du côté de Lascaux, Xavier Lafaysse avoue une passion pour la spéléologie. D’où, sans doute, son goût pour les chemins obscurs, les labyrinthes et les arcanes, associés aux chausse-trapes, aux mirages et aux trompe-l’œil dont il truffe ses inventions pour dérouter ses semblables. Dans le civil, il est professeur d’arts plastiques à l’université de BordeauxIII. Mais son irrésistible appétence pour les sciences, la technologie et le bidouillage, le pousse avant tout à travailler du ciboulot et du chalumeau pour accoucher de dizaines, voire de centaines de créations à mi-chemin entre l’art et la science ; bébés qu’il appelle ses "mécanismes enjôleurs"

   Une visite à son atelier "foutraque" de peintre-sculpteur-horloger-chimiste-ingénieur, dont les murs et les établis disparaissent sous un fatras d’outils et de fils électriques, suffit à se faire une idée de l’imaginaire insensé qui doit peupler ses nuits de professeur Nimbus. Enfin, c’est le profane, l’ignorant, l’inculte qui le qualifient "d’insensé". Pour Xavier, tout ce qu’il construit est logique, transparent, universel, cosmologique. D’ailleurs ses drôles de machines ne sont pas le fruit du hasard. Leurs divines proportions, calculées à partir du nombre d’or, en font des objets harmonieux présentés sur un socle carré ou rectangulaire supportant un dôme, une voûte, une sphère, un cylindre… A base de bois, de verre, de laiton, elles ont un petit air précieux et désuet à la fois, tout droit sorti d’un cabinet de curiosités du XVIIIème siècle ou d’un laboratoire d’études du XIXème. Jules Verne ne les aurait pas reniées.

    Dans l’antre de Xavier, on ne compte plus les cadrans, horloges, rouages, cornues, entonnoirs, tubes de laiton, postes à souder et à transistor, vaporisateurs de "3-en-un", enclumes, pinces, perçeuses, meuleuses, paraboles de cuivre, voltmètres, lampes, néons, circuits informatiques et écrans de contrôle… Il y a même des sacs de billes, une lampe à UV et un miroir sphérique concave qui aurait laissé baba Léonard de Vinci… Dès que notre savant illuminé appuie sur un bouton, ses créatures cliquettent, étincellent, fument, virevoltent et glougloutent, recréant des particules de l’univers. Parmi ses plus épatantes inventions figurent celles qu’il appelle ses "Vanités". Comme cette pseudo-clepsydre à "appât visuel" : une fois mise en marche, la machine substitue lentement, par on ne sait quelle diablerie, les perles (les bulles ?) lumineuses de son bocal à un crâne translucide qui va à son tour disparaître, noyé dans les perles ; un processus cyclique éternellement recommencé. Ou encore cette jolie boîte à secret vitrée, chambre noire où surgit un crâne modélisé en image de synthèse, tournant sur lui-même, révélé par l’objectif que constitue une boule de cristal ! A noter également ce phénomène à donner la berlue : une plaque d’argile (de l’île de Ré) qui, en craquelant sous quelque mystérieux frémissement, se met à écrire le mot "source"…

   Bientôt, Xavier devra pousser les murs de sa maison pour pouvoir y loger toutes ses cybersculptures. Dans ce qui fait également office de bibliothèque, de galerie d’art et de salon de musique, il a aménagé une sorte de musée-refuge où reposent ses merveilleuses trouvailles. En vrac : un stalactite sous cloche qui entame un processus contre-nature de dissolution ; un disque dur d’ordinateur qui inflige un mouvement aléatoire à un globe de cuivre percé projetant des rais lumineux ; une sphère métallique flottant dans l’espace, maintenue en l’air par un moteur à aimants ; des corps articulés qui se mettent la peignée de façon désordonnée, "batailleurs étranges" aux pulsions dérisoires… Veillant sur cette armée de robots endormis, à côté d’une collection d’arbalètes et d’un balancier-massue, trône une inattendue Jeanne d’Arc en armure, au réalisme superbement sulpicien, plâtre peint sauvée d’une église en ruine.

    Xavier l’ingénieur poète et philosophe est aussi un bon vivant qui vous invite à partager une bouteille sur son bureau mi-table à manger, mi-table à dessin, à côté d’une Motobécane de 1949 restaurée par ses soins. Si on le comprend bien, l’important dans tout cela, c’est le côté ludique à "tiroirs", à plusieurs degrés de lecture, à multiples angles d’éclairage. D’ailleurs nombre de ses inventions s’appellent "Sémaphore". Sans doute pour guider l’observateur, l’amener à réfléchir sur le sens caché des choses, à ne pas prendre des vessies pour des lanternes. Un processus complexe qui contient de la dérision, voire de l’auto-dérision. "L’essentiel, dit le bon professeur, ce n’est pas de mettre l’artiste sur un piédestal mais de continuer à poser un regard curieux sur le ciel étoilé ; d’apprendre aux enfants au moins un petit acte créatif par jour, une petite paresse contemplative par jour, loin des jeux vidéo…"

    Sur le piano droit du salon de musique aux robots, une partition est ouverte sur l’une des plus émouvantes "Romances sans paroles" de Mendelssohn Lost happiness. En compagnie de Xavier Lafaysse, un "bonheur perdu" est vite retrouvé.

 

Charles Vincent, pour la revue Bordeaux Habitat

Photos Sylvie Curty. 

 

Xavier, Lafaysse, sculpture, Art, artiste, Bordeaux, machines, sémaphores, cinétisme, périgord, exposition, photos, peinture, sculpture, sculpteur, plasticien, art, bordelais, jules, verne, montignac, sur, vézère,peinture